MARCEL SABOURIN

Extrait des "Petits carnets du rien-pantoute"

(Planète rebelle)

 


¨Soudain

On voudrait tellement, en effet, que soudain la vérité

         nous apparaisse.

Soudain, ça nous éblouit.

Soudain, on ouvre les yeux et dans la chambre il y a

        l'affaire, la patente.

-Ce qui éclipse tout souci

- et que la pièce dans laquelle on est - soit éblouie.

(Évidemment, d'habitude, ça se passe

                                                                         en dedans,

Ça se passe dans une grotte, afin qu'il y ait quelque

              chose à éblouir.... Si on est dans un champs et

              si le soleil brille, c'est difficile d'éblouir plus

              que ça...)

Donc, dans sa chambre, dans une grotte ou dans 

              la cuisine, et bang! et pouf! pif! dieu est!

              c't'affaire-là est! elle est!:Ébloui, on perd la vue.

Blasté, on va r'voler sur le mur:

¨WOW! TABARNOUCHE! TABARNAK!

             C'T ÉCOEURANT. ÇA PAS D'BON SENS!

              HEY, WOW!"

Ça nous blaste, blasté de blanc, d'émerveillement,

            de toute-puissance, Blasté de lumière, blasté,

            blasté jusqu'à n'être que de la poussière,

            pulvérisé par la patente, par le soleil en plein

            dans' chambre, en plein là, en plein d'dans.

            -SHAZAM!!!

Et à partir de ce moment-là, évidemment que

Soi-même on est une partie du WOW!

Une vraie pinotte de soleil.¨

(Petits carnets du rien-pantoute, Planète rebelle, pp. 16-17)